<br>SAISON ICI L’ONDE<br><br> SHOWCASE-CONCERT <br/>Samedi 13 novembre ● 17h00 <br/> <em> Top Music Gear </em><br><em> Therminal C </em><br> Coralie Ehinger

ELECTRONIQUE
Dispositifs

Samedi 13 novembre, 17 h 00

La Vapeur
42, avenue de Stalingrad
www.lavapeur.com

17 h – Top Music Gear : Gratuit
19 h 00 – Concert : 5€

 Top Music Gear
Qu’ils soient branchés électro, dub, musiques expérimentales ou plutôt portés sur les délires psyché, ils sont tous passionnés de bidouilles électroniques. Une présentation en mode showcase dans laquelle ils présentent chacun leur tour leur set et les possibilités sonores de leur équipement, improvisent ensemble… et vous laissent ensuite manipuler leurs instruments librement !

Therminal C, Coralie Ehinger
« Devenir une partie de l’instrument »
Coralie Ehinger vit et travaille à Lausanne, en Suisse. En 1999, elle découvre le Theremin, et ne cessera de s’y intéresser depuis : création de la plateforme francophone et d’un festival, co-écriture d’un manuel d’initiation et collaborations avec divers artistes.C’est sous le nom de Therminal C qu’elle déploie pleinement ses inspirations artistiques, tant sonores que visuelles. Sa particularité est l’alliage de sons électroniques plus expérimentaux (créés sur synthétiseurs et autres pédales d’effets), avec un jeu au theremin plus mélodieux et classique. Une musique délicate et enivrante.Férue de conventions et autres rendez-vous de musiques électroniques, elle est devenue l’ambassadrice Suisse du theremin.
« Il n’y a pas de contact direct, mais tu deviens une partie de l’instrument. Tu ne ressens rien au niveau du toucher : tu dois développer un lien entre ton corps et ton oreille. Tu as le regard dans le vague à cause de la concentration nécessaire pour bouger le moins possible ton corps. C’est physique, donc, mais intérieurement, calmement. Le thérémine oblige à manier à la fois la maîtrise de soi et le lâcher-prise, parce que si tu es trop tendue cela s’entend. Il ne te permet pas de bouger beaucoup, car la moindre oscillation du corps change complètement les notes. J’ai vu des violonistes professionnel·le·s réussir à le prendre en main en six mois seulement, parce qu’ils et elles avaient déjà acquis cette maîtrise corporelle, la capacité à écouter le son produit et à rectifier leurs mouvements, respirations, tensions internes, et cetera, sans parler, en plus, de tout leur savoir musical. »

Juliette Volcler, « Tu deviens une partie de l’instrument, entretien avec la théréministe Coralie Ehinger », Revue Ici L’Onde, 2021, Dijon : Why Note • Centre de création musicale
(lire l’article en intégralité : Revue Ici l’Onde)



Production
La Vapeur, Why Note