<br> CONCERT <br> <br/>Mardi 7 juin ● 18h <br/> ● Festival Souffle ● <br/> Moondog, New York → Dijon

Place Notre-Dame
Dijon

Gratuit

Propositions sonores du Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon
Pendant la première partie de sa vie musicale, aux États-Unis, Moondog a longtemps joué dans les rues de New York, des compositions pour percussions et objets sonores bricolés. Why Note • Ici l’Onde a donc proposé aux élèves du Conservatoire de Dijon de retrouver cet esprit et une trentaine de jeunes musiciens proposeront des œuvres de cette époque (années 1940 et 1950) et des arrangements d’autres pièces adaptées au plein air.

Moondog
Louis Thomas Hardin alias Moondog est né en 1916 dans le Kansas et mort le 8 septembre 1999 en Allemagne. Fils d’un pasteur et d’une organiste, il est initié dès l’enfance aux danses et aux rythmes indiens, une pulsion vitale qui l’accompagnera tout au long de son existence. Sa vie bascule en 1932 quand il perd la vue à cause d’un explosif. C’est dans une école pour aveugles qu’il apprendra la musique, pratiquera différents instruments et se passionnera pour la musique classique européenne. En 1943, il s’installe seul à New York avec la vocation de devenir compositeur. Sans-le-sou, la barbe et les cheveux longs, il s’habille d’une robe de bure et laisse pendre une flèche indienne à son cou. Il passe ses nuits sous des porches et dans les rues, mais parvient à assister aux répétitions de l’Orchestre Philharmonique de New York et se lie d’amitié avec Artur Rodzinski et Leonard Bernstein. D’un séjour chez les Indiens il ramène son surnom (Moondog) avec lequel il signe ses partitions et joue désormais d’un instrument de percussion de sa propre conception: la trimba, qui va devenir sa marque de fabrique. Quoique continuant à dormir souvent et à jouer essentiellement dans les rues il enregistre ses premiers disques dans les années 1950 et se lie avec les plus grands musiciens jazz de l’époque: il dédie son morceau le plus connu, Birds Lament, à Charlie Parker, et côtoie Charles Mingus, Dizzy Gillespie, Benny Goodman ou encore Dave Brubeck.


Intervenants 
Julien Vuillaume
Jean-Michel Weber


Why Note • Ici l’Onde, en partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon


Dans le cadre de Souffle, Biennale d’expériences sonores organisée par l’Opéra de Dijon, La Vapeur – scène de musiques actuelles et Why Note • Ici l’Onde

Souffle, Biennale des expériences sonores • Organisé par l’Opéra de Dijon, La Vapeur Scène de musiques Actuelles et Why Note • Ici l’Onde

Souffle, c’est une brise du début de l’été, un événement qui propose des expériences d’écoute à vivre ensemble et des musiques qui viennent jouer avec nos perceptions, nos sensations autant que nos émotions.
Souffle, c’est une respiration dans le flux de nos habitudes sonores : le festival célèbre des artistes majeurs des musiques répétitives ou minimalistes, Philip Glass, Moondog ou Arvo Pärt, mais propose aussi des terrains de jeu inédits aux musiciens et musiciennes d’aujourd’hui : l’escalator de l’Auditorium devient une installation sonore avec Sébastien Roux, le plateau de l’Opéra se transforme en club électro, La Vapeur en écrin pour les constructions mélodiques délicates de Chapelier Fou Ensemb7e, le Grand Théâtre en bain d’immersion sonore avec l’orchestre de haut-parleurs Alcôme, le Consortium Museum fait vibrer ses espaces, et les rues et parcs de Dijon bruissent au fil de rendez-vous étonnants, du 5 au 11 juin.
Souffle c’est l’énergie du chœur, une aventure collective qui fédère les forces, les savoir-faire, les enthousiasmes d’acteurs culturels dijonnais engagés pour une programmation
ouverte à toutes les curiosités.

Toute la programmation : festivalsouffle.com